Organisation de l’espace de travail pour les industries en temps du coronavirus

Face à la situation sanitaire exceptionnelle provoquée par le Coronavirus, les entreprises doivent changer leurs habitudes de travail et s’adapter afin de pouvoir reprendre ou poursuivre sereinement leur activité. Cet article proposera des solutions aux industriels pour les aider à se réorganiser afin de se conformer aux exigences en termes de sécurité et de santé, définies à date de septembre 2020 : espaces de travail et salles de repos, temps de pause et horaires de travail, EPI, gestion des interventions extérieures.

Espaces de travail

Espaces bureaux

À court-terme, la contrainte imposant une distance physique de 4m² par personne peut s’avérer être compliqué à gérer (source). De nombreux bureaux en open-space nécessitent des aménagements pour respecter cette mesure. Souvent, les entreprises déménagent certains bureaux. Il est aussi possible de pivoter à 90° certains bureaux pour éviter les face-à-face. Une autre solution est la proposition de rotations aux employés concernés. Il s’agit d’alterner le travail en présentiel entre les collaborateurs ayant leurs bureaux côte à côte. Lorsqu’aucune de ces solutions n’est envisageable, il reste la possibilité d’installer des écrans de protection. Il existe plusieurs types d’écrans de protection transparent, à suspendre ou à dérouler. Les écrans de protections s’adaptent à chaque environnement, et apportent une barrière de protection supplémentaire aux collaborateurs.

Ecrans de protection acrylique à suspendre (7999810)
Ecrans de protection déroulables transparents (7999814)
Ecrans de protection transparents modulaires pour bureau (7999843)

Pour éviter la contamination croisée, c’est-à-dire le dépôt de virus ou bactéries sur une surface, puis leur ramassage par un autre individu, Tarifold a développé des adhésifs qui réduisent ces virus ou bactéries en continu. Ces adhésifs antimicrobiens sont faits pour diverses utilisations comme les poignées de portes, portes battantes, les doubles portes, les portes tambours tournantes, les comptoirs, les interrupteurs, les boutons d’ascenseur, les petits écrans, tables, bureaux…

Feuilles adhésives antimicrobiennes STERIFILM (335155)
Feuilles adhésives antimicrobiennes pour porte (335153)
Feuilles adhésives antimicrobiennes pour comptoir (335154)

Espaces production

Les usines et ateliers nécessitent des aménagements particuliers en comparaison à ceux des bureaux. Le poste de chacun des opérateurs est, dans la plupart des cas, à une distance convenable de son collègue. Si tel n’est pas le cas, il peut être envisagé d’installer des écrans de protection comme ceux indiqués précédemment pour les bureaux : écrans à suspendre ou à dérouler.

Les opérateurs par contre sont souvent amenés à se déplacer pour chercher du matériel ou livrer leur production. Dans ces cas, des couloirs de circulations peuvent être mis en place dans l’usine, notamment à travers de marquages au sol ou de signalétiques murales.

Pour les vestiaires, il s’agit d’avoir un minimum de personnes en même temps dans cet espace clos. Des signalétiques peuvent être accrochées pour limiter le nombre de personnes à l’intérieur du vestiaire en même temps.

Autocollants ronds pour sol 'Flèche bleue' (7999818)
Autcollants ronds pour sol 'Sens interdit' (7999816)
Symboles de marquage au sol - Forme de pas (197804)
Cadres au sol adhésifs A4 (197624)
Bande adhésive "Ligne de confidentialité" au sol (197507)

Espaces de pauses

Les moments de pause peuvent être difficile à contrôler par l’entreprise. Pour éviter les regroupements lors des pauses café ou à l’heure du déjeuner, des créneaux horaires peuvent être mis en place, par exemple via une fiche d’inscription en ligne partagée, avec un nombre maximum de personnes par créneau. De plus, du gel hydroalcoolique peut être mis à disposition des collaborateurs au niveau des machines à café, distributeurs, frigidaires et micro-ondes. La mise en place d’une signalétique rappelant les mesures d’hygiène et de sécurité mises en œuvre par l’entreprise est aussi possible.

Pour ce qui est de l’aménagement de l’espace réfectoire, certaines places assises peuvent être condamnées. L’obligation de ramener ses propres couverts, de se laver ou de se désinfecter les mains avant et après l’utilisation du frigidaire ou du micro-ondes peut également être imposé.

Autocollants pictogramme rond - Port du masque obligatoire(7999827)
Autocollants ronds - Regroupements interdits (7999830)
Pochettes-cadres d'affichage Magneto (194951)
Pochettes coin antimicrobiennes Kang (194778)

Horaires

Afin de limiter les contacts dans les bureaux ou dans en production, une solution consisterait à modifier les horaires de travail. Une solution consiste à proposer des horaires de rotation aux employés de bureau : il s’agit d’alterner les jours de présentiel entre les employés qui ont leurs bureaux côte à côte ou qui travaillent dans un open-space, ce qui permet de respecter plus facilement la règle des 4m². Les opérateurs, quant à eux, peuvent bénéficier d’horaires de travail décalés. Une division en équipes permettrait à certains de commencer plus tôt et à d’autres plus tard, ce qui limiterait les contacts au cours de la journée. En divisant les collaborateurs de l’usine en équipes, les entreprises seraient également en mesure de contrôler la propagation du virus si un employé tombait malade, en isolant uniquement l’équipe à laquelle il appartenait au lieu de l’ensemble des collaborateurs. En ce qui concerne les pauses café et les heures de déjeuner, pour éviter les regroupements, des créneaux horaires pourraient être mis en place, par exemple via une feuille d’inscription en ligne partagée, avec un nombre maximum de personnes par créneau.

Matériels fournis aux employés

L’entreprise est tenue, depuis le 1er septembre 2020 en France, de fournir des masques jetables ou réutilisables à ses employés. En effet, le port du masque en continu est obligatoire dans de nombreux pays européens tel que la France. Ainsi, l’étui antimicrobien pour ranger ses masques, propres ou usagés, est un équipement devenu très apprécié par les collaborateurs.

L’entreprise peut proposer à ses employés, en tant qu’équipement complémentaire, des visières de protection, barrière contre les grosses gouttelettes émises après un éternuement ou une toux. Plusieurs modèles sont sur le marché et correspondent à différentes personnes et utilisations (épaisseur, dimensions, …). Attention néanmoins, l’utilisation d’une visière ne se substitue pas au port du masque, ce dernier filtrant également les particules fines.

Les grandes entreprises, dans lesquelles les collaborateurs doivent porter sur eux de nombreuses cartes, peuvent également proposer des accessoires d’identification antimicrobiens, ou des multi-badges.

La solution de laisser les portes des bureaux ouvertes pour éviter de devoir les toucher pour les ouvrir peut s’avérer incommodant, notamment au niveau des bruits présents dans les couloirs ou dans les ateliers. Il est possible de fermer ces portes tout en se protégeant du virus en adoptant l’utilisation d’un ouvre-porte. Simple et léger, posséder un ouvre-porte personnel sera apprécié par les collaborateurs.

Visière de protection, “Comfort Plus” (197901)
Visière de protection, “Comfort Light” (197902)
Visière de protection, “Complete” (7999821)
Porte-masques et badges antimicrobiens avec cordons (335105)
Ouvre-portes mains libres (7999808)
Porte-badges souple antimicrobien (200432)
Ouvre-portes mains libres (7999808)

Gestion des interventions extérieures

Pour diminuer le risque de faire entrer le virus dans l’entreprise, il est recommandé de filtrer et limiter autant que possible les interventions extérieures. Si une intervention ou un rendez-vous doit avoir lieu, des procédures spécifiques peuvent être définies et transmises avant la visite prévue à chaque intervenant. Par exemple, le port d’un masque ou d’une visière peut être rendu obligatoire dès l’entrée dans l’entreprise. Le masque ou la visière peuvent être soit fournis par l’entreprise d’accueil, soit par l’entreprise extérieure. De même, certaines entreprises demandent aux intervenants de patienter dans une salle d’attente extérieure le temps qu’une personne interne vienne les chercher. Les intervenants peuvent être dans l’obligation de se laver ou de se désinfecter les mains dans le sas d’accueil. Des mesures peuvent également être mises en place par l’entreprise d’accueil pour limiter les contacts avec les collaborateurs. Par exemple, des toilettes ou une machine à café peuvent être proposés à usage uniquement des externes.